Loading...

Albert CAMUS – Souvenir de son dernier été à Lourmarin [1959]

Lettre autographe signée à sa « Chère Mme Quentin » – Lourmarin, Mardi 25 août [1959] – 1 page in-8 à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée.

 

« J’espère que vous avez pu vous reposer un peu pendant le mois d’août et vous envoie mes bien fidèles pensées. »

1 200

1 en stock

1 en stock

Albert CAMUS (1913 – 1960) – Romancier, philosophe et dramaturge

Lettre autographe signée à sa « Chère Mme Quentin » – Lourmarin, Mardi 25 août [1959] – 1 page in-8 à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée.

Témoignage de son dernier été à Lourmarin

« Je serai à Paris lundi ou mardi au plus tard (c’est à dire le 31 ou le 1). Voudriez-vous demander à Madame Pinker, dès réception de cette lettre de ne plus faire suivre mon courrier. J’espère que vous avez pu vous reposer un peu pendant le mois d’août et vous envoie mes bien fidèles pensées. »

Joint : un télégramme de Lourmarin (mai 1959) lui annonçant son arrivée et lui demandant de ne plus faire suivre son courrier.

À partir de 1956, Albert Camus occupe régulièrement un pied-à-terre au 4, rue de Chanaleille, au 3e étage, il est alors voisin de René Char qui loge au 1er étage. En 1958, avec l’argent de son prix Nobel, Albert Camus a fait l’acquisition d’une maison à Lourmarin, proche de L’Isle-sur-la Sorgue où vit son ami.

Madame Quentin s’occupe des questions ménagères. Femme de ménage, comme la mère d’Albert Camus, ou gardienne, elle réside dans un immeuble voisin, au 86, rue de Varennes.

 

Plis d’usage, voir photos.