Loading...

André MALRAUX – Bel ensemble évoquant notamment son voyage au Cambodge

Lettre autographe signée adressée à Madame Pierre de Harting – [Paris, 25 octobre 1933], Lundi – ½ page in-8, à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée.

 

« nous repartons le mois prochain pour l’Indo-Chine où nous ferons un séjour de 3 mois environ et cela dans des conditions admirables. »

1 200

1 en stock

1 en stock

André MALRAUX (1901 – 1976) – Homme politique et écrivain

Lettre autographe signée adressée à Madame Pierre de Harting – [Paris, 25 octobre 1933], Lundi – ½ page in-8, à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée.

Malraux bibliophile et souvenirs de ses péripéties indochinoises                                                           

« Chère amie. Merci du Stendhal : le paquet était si gros que je l’ai cru de la NRF et ne l’ai ouvert qu’hier. Excusez-moi. […] Je vous enverrai mon dernier livre – tout petit, tout petit – et vous m’enverrez un Stendhal complet, ou un Voltaire, ou un Victor Hugo – tout gros – mais enveloppés l’un et l’autre de faveurs […] »

Joint : un intéressant dossier composé de 3 c.a.s. et 2 l.a.s. de son épouse Clara adressées à Madame Pierre de Harting, soit :

  • 1 carte de Rottenburg (1922), 1 de Taormine et 1 probablement du Cambodge : « […] Quand on a entendu l’appel de l’Orient, on ne peut plus penser à autre chose. Vous connaissez Kipling, Madeleine et la chanson de la route de Mandalay et pensez à moi qui vient de traverser toute la Malaisie et tout le Siam avant d’arriver ici. Voyager est sans doute la seule chose qui puisse faire une âme un peu noble et vraiment défadée (?) […] »
  • 1 lettre (Paris, novembre 1923, enveloppe n’appartenant pas) : « La joie du retour ne mon mari ne me fait pas oublier celles qui se sont montrées de vraies amies. Je les oublie d’autant moins que je vais les quitter une fois encore, car nous repartons le mois prochain pour l’Indo-Chine où nous ferons un séjour de 3 mois environ et cela dans des conditions admirables.[…]» [Malraux est condamné en juillet 1924 à trois ans de prison ferme et cinq ans d’interdiction de séjour].
  • 1 carte-lettre (Paris, novembre 1924) : « Ma chère Madeleine, merci pour votre gentil mot ; il m’a très réellement touchée. Voici le résultat, que je viens d’apprendre : un an avec sursis. Mais sur le conseil de ses avocats, il s’est pourvu en cassation et je crois que dans le résultat que nous obtiendrons là, nous pouvons avoir une entière confiance. En attendant, mon mari est à bord du Chantilly et sera en France le 26 de ce mois. Je suis heureuse, je suis heureuse, je suis heureuse…[…]» [en 1925, Malraux obtiendra en cassation l’annulation de l’arrêt d’appel de Pnom-Penh qui avait déjà réduit sa peine à un an et huit mois avec sursis. Ses démêlés judiciaires ne trouveront leur terme qu’avec un nouvel arrêt, le 11 mai 1926, qui rejettera sa demande de restitution des statues du temple de Banteay Srey.]

Joint : un livret de 4 pp. in-12 concernant une exposition, intitulé « Œuvres Gothico-bouddhiques du Pamir » (Galerie de la NRF) contenant un texte introductif d’André Malraux ; carton d’invitation pour le vernissage (20 janvier 1931).

André Malraux épouse Clara Goldschmidt en octobre 1921 avec qui il satisfait son goût pour l’aventure dans de nombreux voyages qui les conduiront finalement au Cambodge. Là-bas, une tentative de trafic d’œuvres d’art lui vaudra de longs démêlés avec la justice – son épouse Clara ne sera cependant pas inquiétée.

Une fente au pli, voir photos.