Loading...

D.A.F. de SADE – Belle L.A.S. à Mlle de Rousset relative à son épouse

Lettre autographe adressée à Mlle de Rousset – [Donjon de Vincennes, mai 1779] – 1 page sur un double feuillet in-12.

 

« il y a longtemps que je lui tais toutes ces choses que l’injustice qu’on exerce envers moi me force à dévoiler, je les savais avant que de l’épouser »

4 200

1 en stock

1 en stock

Donatien Alphonse François de SADE (1740 – 1814) – Homme de lettres et philosophe

Lettre autographe adressée à Mlle de Rousset – [Donjon de Vincennes, mai 1779] – 1 page sur un double feuillet in-12.

Mlle de Rousset reçoit les confidences du marquis, qui livre librement ses sentiments sur son épouse, dont il hait et méprise la détestable famille

« Venant d’écrire à Madame de Sade, Mademoiselle, une lettre qu’en la relisant j’ai trouvée trop forte pour lui être adressée à elle-même et ne pouvant pas me plaindre à elle de certaines choses que notre amitié permet et tolère et n’a pas le même droit de trouver mauvais, je prends le parti de vous adresser à vous-même au lieu d’elle la susdite lettre dont vous ferez l’usage que vous voudrez ! Vous reconnaîtrez par la diction qu’elle lui était adressée et vous voudrez bien y suppléer en la prenant pour vous, il y a dedans quelque chose d’un peu fort contre votre procédé de partir après m’avoir promis de m’attendre mais si j’avais moins d’amitié pour vous ce procédé me choquerait moins et vous devez par conséquent en excuser l’aigreur quoiqu’elle ne nait que de ma sensibilité. Je vous renouvelle mes instances mademoiselle de rester et de m’attendre et de m’apprendre que vous m’accordez ce que je vous demande. Vous voudrez bien soustraire de cette lettre-ci à Madame de Sade tout ce qui a un rapport trop direct avec sa famille et qui pourrait affliger sa sensibilité, il y a longtemps que je lui tais toutes ces choses que l’injustice qu’on exerce envers moi me force à dévoiler, je les savais avant que de l’épouser, elles ne m’ont pas empêché de la prendre, ne m’empêcheront jamais de l’aimer mais me fairont toute la vie, comme je l’ai toujours fait, haïr et mépriser sa détestable famille. Je vous salue. »

Mention au dos : commencer par lire ce billet-ci.

Marie-Dorothée de Rousset (1744-1784) fut liée très tôt à la famille du Marquis de Sade. Fille du notaire de la famille Sade, elle occupe le poste de gouvernante au château de La Coste et entretient une relation amicale avec Donatien Alphonse de Sade. Elle portera assistance à Madame de Sade lorsque son mari sera incarcéré à Vincennes à la demande de sa belle-mère, Madame de Montreuil. Elle entretiendra une correspondance régulière avec le Marquis qui, depuis sa prison, appréciait son talent littéraire comme son caractère enjoué ; elle continuera à assumer avec dévouement la gestion du domaine de La Coste jusqu’à sa mort, à quarante ans, des suites de la tuberculose.

 

Bon état, voir photos.