Loading...

Fr.-René de CHATEAUBRIAND – Envoi de la première édition des “Martyrs” à Delphine Gay

Lettre autographe signée adressée à Delphine Gay, future Delphine de Girardin – Paris, le 15 mai 1824 – 1 page sur un feuillet double in-4.

 

« Je voulais vous obéir en vous envoyant surtout la première édition des Martyrs parce qu’elle est dégagée du fatras de notes  qui accable les autres. »

 

 

Vendu

This is Tooltip!

François-René de CHATEAUBRIAND (1768 – 1848) – Écrivain et homme politique, précurseur du Romantisme

Lettre autographe signée adressée à Delphine Gay, future Delphine de Girardin – Paris, le 15 mai 1824 – 1 page sur un feuillet double in-4.

Relative à l’envoi des Martyrs alors qu’il traverse une crise dans son ministère

« Je suis bien honteux, Mademoiselle, de mon long silence. Je voulais vous obéir en vous envoyant surtout la première édition des Martyrs [Les Martyrs, parue en 1809] parce qu’elle est dégagée du fatras de notes qui accable les autres et il a fallu trouver un exemplaire de cette édition et puis le relieur n’a pas pensé finir. Voilà toutes mes excuses.
Agréez je vous prie, Mademoiselle, mes obéissances et mes hommages que je m’empresse aussi d’offrir à Madame Gay
[Sophie Gay (1776-1852), la célèbre salonnière, voir plus bas]. »

Fin 1822, Chateaubriand est nommé au poste de ministre des Affaires étrangères. En 1823 débute l’expédition d’Espagne dans laquelle il tiendra un rôle de premier plan, notamment comme conseiller du duc d’Angoulême au moment du siège de la ville de Cadix. Cet épisode marque cependant le point culminant de sa carrière politique ; son mérite n’étant pas reconnu, Chateaubriand perd son poste ministériel et connaît un désaveu cinglant. Il est renvoyé du ministère le 6 juin et quitte ses fonctions en août 1824.

Fille de la salonnière et femme de lettres Sophie Gay, Delphine Gay (1804-1855) épousera en 1831 Émile de Girardin, fondateur du journal La Presse (première parution en juillet 1836). Elle est propulsée très tôt dans les milieux artistiques et littéraires par sa mère qui tient un salon très en vue, au 11 de la rue Saint-Georges, puis au 41 rue Laffitte.

Plis d’usage, voir photo.