Loading...

Georges BERNANOS – L.A.S. à André Malraux sur sa critique de “L’Imposture”

Lettre autographe signée [à André Malraux] – Clermont sur l’Oise, 33 place de l’hôtel de ville, s.d. [1927] – 2 pp. ½ in-8, deuil.

 

« je n’ai pas oublié votre forte et généreuse critique de l’Imposture, et votre nom est pour moi celui d’un ami »

 

 

Vendu

Georges BERNANOS (1888 – 1948) – Écrivain

Lettre autographe signée [à André Malraux] – Clermont sur l’Oise, 33 place de l’hôtel de ville, s.d. [1927] – 2 pp. ½ in-8, deuil.

À propos de sa critique de L’Imposture

« Si je puis vous être utile, ou simplement agréable, j’en serai trop heureux, car je n’ai pas oublié votre forte et généreuse critique de l’Imposture, et votre nom est pour moi celui d’un ami. Puis-je vous prier de me fixer un rendez-vous à Paris jeudi prochain, au début de l’après-midi (mon train arrive à deux heures), et à l’endroit qui vous plaira ? Veuillez croire, Monsieur, à ma très fidèle et profonde sympathie » 

En 1927, Georges Bernanos publie son deuxième roman, L’Imposture, qui sera complété par La Joie deux ans plus tard pour former le diptyque Les Ténèbres.

André Malraux, admirateur de la première heure de Bernanos, écrira à son sujet : « Il a écrit les plus belles scènes de la fiction moderne, par la profondeur et la puissance. »

 

Quelques accidents marginaux, sans atteinte au texte, voir photos.