Loading...

Gilbert du Motier de LA FAYETTE – Belle lettre de La Fayette bienfaiteur (1816)

Lettre autographe signée à William Custis, ministre plénipotentiaire des États-Unis aux Pays-Bas – Château de La Grange-Bléneau [à Courpalay, Seine-et-Marne], 6 avril 1816Château de Lagrange [à Courpalay, Seine-et-Marne], 23 août 1818 – 1 page sur un double feuillet in-4, en anglais, adresse au verso. Le document est présenté dans une pochette transparente et logé dans un élégant portefeuille moderne à dos de chagrin noir avec pièce de titre du même cuir sur le premier plat portant l’inscription « Marquis de La Fayette / A.L.S. / April 6, 1816 ».

 

« Yet it is worth saving. I have requested M. de La Grange to take the provisory measures which he has pointed out as being necessary to insure the yet retrievable part of the inheritance »

2 400

1 en stock

1 en stock

Gilbert du Motier de LA FAYETTE (1757 – 1834) – Général et homme politique

Lettre autographe signée à William Custis, ministre plénipotentiaire des États-Unis aux Pays-Bas – Château de La Grange-Bléneau [à Courpalay, Seine-et-Marne], 6 avril 1816Château de Lagrange [à Courpalay, Seine-et-Marne], 23 août 1818 – 1 page sur un double feuillet in-4, en anglais, adresse au verso. Le document est présenté dans une pochette transparente et logé dans un élégant portefeuille moderne à dos de chagrin noir avec pièce de titre du même cuir sur le premier plat portant l’inscription « Marquis de La Fayette / A.L.S. / April 6, 1816 ».

Usant de son influence dans une affaire d’héritage

« My dear Sir, I have had the pleasure, some time ago, to a[d]dress you with my best thanks for your kind letter and a communication from M. de La Grange relative to Mrs Treat’s business. You will see by the enclosed information that our 100.000 fr. are probably reduced to about one third of the sum. Yet it is worth saving. I have requested M. de La Grange to take the provisory measures which he has pointed out as being necessary to insure the yet retrievable part of the inheritance. But while we endeavour to secure it for the claimer, it remains for us to ascertain how far her own right is founded. My last letter was sent from the neighbouring post office of Rosay [Rozay-en-Brie, près de Courpalay]. This one will be put by Mr Jackson at a Parisian post office. Both conveyances I much respect, but for the sake of Mrs Treat shall only add that with the most sincere and respectful attachment I am, my dear Sir, yours. »

Traduction : Cher Monsieur, j’ai eu le plaisir, il y a quelques temps, de vous adresser mes vifs remerciements pour votre aimable lettre et un message de M. de La Grange concernant les affaires de Mme Treat. Vous constaterez à l’aide des informations ci-jointes que nos 100.000 fr sont probablement réduits à environ un tiers de la somme. Pourtant, cela vaut la peine d’être sauvé. J’ai demandé à M. de La Grange de prendre les dispositions conservatoires qu’il a indiquées comme étant nécessaires pour sécuriser la partie de l’héritage qui peut être récupérée. Mais alors que nous nous efforçons de l’obtenir pour la demanderesse, il nous reste à déterminer dans quelle mesure son propre droit est fondé. Ma dernière lettre a été envoyée du bureau de poste situé à proximité de Rosay. Celle-ci sera déposée par M. Jackson dans un bureau de poste parisien. Je respecte ces deux dispositions, mais pour le bien de Mme Treat, je me contenterai d’ajouter avec une affection la plus sincère et la plus respectueuse, je suis, mon cher Monsieur, vôtre. »

La Fayette vient en aide à la fille d’un ami : Benoît-Claude Merlino de Saint-Pry (1742-1790), français d’origine italienne, s’était fixé à Boston où, pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis, il s’était lié avec l’amiral d’Estaing et le marquis de La Fayette. Il mourut prématurément, et son épouse américaine, Elizabeth Gyles, fut spoliée de son héritage par les menées d’un consul de France à Boston et par les effets de la Révolution française. Leur fille, Helena, épouse d’un monsieur Treat, eut recours au marquis de La Fayette pour tenter de préserver leurs intérêts.

Déchirure au cachet, sans atteinte au texte, voir photos.