Loading...

Romain ROLLAND – Refuse de tenir une conférence contre-productive

Lettre autographe signée au compositeur Paul Dupin – [Paris], Samedi 12 décembre 1908 – 4 pp. in-12.

 

« Je n’admets les conférences que pour les morts. La conférence pour un vivant est fatalement, qu’on le veuille ou non, une flatterie »

250

1 en stock

1 en stock

Romain ROLLAND (1866 – 1944) – Écrivain, Nobel de littérature (1915)

Lettre autographe signée au compositeur Paul Dupin – [Paris], Samedi 12 décembre 1908 – 4 pp. in-12.

Conseils pour conduire sa carrière musicale

« Non, mon cher ami, je ne ferai pas de conférence pour votre concert. Excusez-moi. Je n’admets les conférences que pour les morts. La conférence pour un vivant est fatalement, qu’on le veuille ou non, une flatterie ; et c’est ce que je ne ferai jamais. – Ce n’est pas ma seule raison. Vous savez combien je vous aime. Je ne fuirais jamais une petite fatigue, si je croyais qu’elle pouvait vous être utile. Mais je ne le crois pas. Je crois que l’on vous fera le plus grand mal, en organisant pour vous un concert-réclame. C’est assez, c’est presque trop, de la publicité faite […] Maintenant vous devez rentrer dans le rang, (ou y entrer) – faire comme tous les musiciens, donner tout simplement des œuvres de vous dans des concerts, tout simples de Parent, ou d’autres Sociétés musicales de marque – Vous devez être le premier à refuser des traitements exceptionnels ; différents de ceux de vos confrères ; cela vous servirait peut-être auprès de quelques snobs et de quelques badauds ; mais cela vous nuirait auprès des vrais musiciens, de ceux de votre classe. Je suis convaincu que, dès à présent, tous les musiciens importants de Paris ont lu vos quatre pièces publiées. – Maintenant, vous n’avez plus qu’à vous renouveler, et à écrire des œuvres nouvelles. C’est le plus urgent. Car vous n’en avez pas assez à faire connaître de l’élite musicale, qui seule compte. […] »

Sur le même sujet, Romain Rolland s’exprimait en ces termes dans une lettre adressée au journaliste Georges Pioch, le 30 janvier 1909 : « […] Mais je ne ferai pas de nouvel article, ou de nouvelle mouture de mon article. Je suis écœuré de toute cette publicité ; et je n’y veux avoir aucune part. Dupin avait besoin d’être sorti de l’abominable misère et de l’isolement où il agonisait : c’est fait. Ce n’est pas une raison pour l’écraser aujourd’hui de flagorneries impudentes. Il a besoin, avant tout, de recueillement pour refaire sa santé, et écrire tout ce qu’il a en tête. Il est en pleine floraison. Il faut le laisser tranquille. […] »

Romain Rolland apporta un soutien constant au compositeur Paul Dupin (1865-1949) et fit paraître notamment un article élogieux à son sujet dans la revue de la Société Internationale de Musique le 15 décembre 1908. Le succès de sa carrière musicale ne fut cependant pas durable et malgré le soutien de l’écrivain et celui du compositeur Charles Koechlin, Dupin connaîtra une fin de vie misérable.

Bon état, voir photos.