Loading...

Victor HUGO – À Alexandre Guiraud, annonçant “Les Rayons et les Ombres”

Lettre autographe signée Victor H. adressée à Alexandre Guiraud – Paris, 10 mars 1840 – 1 page sur un double feuillet in-8, papier azuré, adresse sur le second feuillet : Monsieur le Baron A. Guiraud de l’académie française en son château de Villemartin près Limoux département de l’Aude.

 

« J’ai grand mal aux yeux, mais j’avais besoin de vous dire cela. »

 

 

Réservé

Victor HUGO (1802 – 1885) – Poète et dramaturge

Lettre autographe signée Victor H. adressée à Alexandre GuiraudParis, 10 mars 1840 – 1 page sur un double feuillet in-8, papier azuré, adresse sur le second feuillet : Monsieur le Baron A. Guiraud de l’académie française en son château de Villemartin près Limoux département de l’Aude.

Il lui annonce l’arrivée prochaine des Rayons et les Ombres

« Nous sommes bien touchés ma femme et moi, mon cher Guiraud, de votre gracieuse et charmante invitation. Je ne sais s’il me sera jamais donné d’aller vous surprendre dans vos montagnes ; mais je sais que je vous aime bien et que je suis tout à vous. J’ai grand mal aux yeux, mais j’avais besoin de vous dire cela. À bientôt, laissons l’Académie [Alexandre Guiraud était entré à l’Académie en 1826] en paix pour l’instant et faites-nous deux beaux volumes de plus. Votre vieil ami. Vous recevrez prochainement les Rayons et les Ombres. »

Alexandre Guiraud (1788-1847) prit part au premier cénacle romantique dès la parution du premier numéro de La Muse française (juillet 1823) aux côtés d’Alexandre Soumet, Émile Deschamps, Victor Hugo et Alfred de Vigny. Y collaborèrent également Sophie Gay, sa fille Delphine, ainsi que Charles Nodier. Guiraud passera à la postérité pour ses œuvres poétiques (Élégies savoyardes), ses quelques tentatives au théâtre n’ayant pas rencontré le succès. De sensibilité royaliste, il restera fidèle à ses sentiments légitimistes, même après la révolution de juillet 1830.

Bon état, voir photos.