Loading...

Albert CAMUS – Une des dernières lettres écrites avant sa mort (1959)

Lettre autographe signée à sa « Chère madame Quentin » – [Lourmarin], 23 décembre 1959 – 1 page in-8 à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée portant au recto l’adresse autographe de la destinataire et au verso les adresses d’une autre main de « Mme Camus. 29 rue Madame » et de Jean Bloch-Michel.

 

« Je rentrerai le 4 janvier qui est un lundi »

6 000

1 en stock

1 en stock

Albert CAMUS (1913 – 1960) – Romancier, philosophe et dramaturge

Lettre autographe signée à sa « Chère madame Quentin » – [Lourmarin], 23 décembre 1959 – 1 page in-8 à en-tête de la N.R.F., enveloppe conservée portant au recto l’adresse autographe de la destinataire et au verso les adresses d’une autre main de « Mme Camus. 29 rue Madame » et de Jean Bloch-Michel.

« Je rentrerai le 4 janvier qui est un lundi »

Ultime lettre adressée à Madame Quentin, annonçant la date de son retour qui sera celle de sa mort

« Je rentrerai le 4 janvier qui est un lundi. Vous seriez gentille de préparer l’appartement pour ce jour-là. En attendant, je vous souhaite une très bonne année pour vous et les vôtres. Je joins à ma lettre un chèque de 24.000 francs, c’est à dire votre mois doublé pour vos étrennes. A bientôt et croyez à mes fidèles sentiments »

En 1958, avec l’argent de son prix Nobel, Albert Camus avait fait l’acquisition d’une maison à Lourmarin, proche de L’Isle-sur-la Sorgue où vit son ami René Char. Par un courrier expédié début décembre, il avait informé Madame Quentin de son intention de différer son retour et de passer la fin d’année à Lourmarin (Cf. cette lettre).

Dans une lettre datée du 12 décembre il demande à Francine de venir le rejoindre avec leurs enfants pour passer Noël à Lourmarin et dans une autre datée du 30, adressée à Maria Casarès, il fait part de son intention de prendre la route avec Michel Gallimard et sa famille. Le 2 janvier Francine et les enfants repartiront par le train depuis Avignon. Le 3, Albert Camus quitte Lourmarin en voiture en compagnie de Michel et Janine Gallimard, de leur fille Anne et de leur chien, emportant le manuscrit du Premier Homme avec lui ; après une nuit passée à l’auberge Le Chapon fin, à Thoissey, près de Mâcon, ils reprennent la route. L’accident se produit le 4 janvier à 13h55, alors que la voiture roule à 145 km/h ; Albert Camus, qui occupe le siège passager, meurt sur le coup, Michel Gallimard mourra quelques jours plus tard des suites de ses blessures.

On connaît seulement 6 autres lettres postérieures à celle-ci : deux du 28, la dernière adressée à l’écrivain Jean Grenier et une autre à Emmanuel Roblès, une du 29, à Mette Ivers, qui se trouve alors au Danemark, et deux du 30, l’une à l’actrice Catherine Sellers, l’autre à Maria Casarès (« Bon. Dernière lettre. Juste pour te dire que j’arrive mardi, par la route, remontant avec les Gallimard lundi … »).

Son ultime lettre, datée du 31, est envoyée à Catherine Sellers, elle commence par ces mots : « Voici ma dernière lettre, ma tendre … ».

Madame Quentin s’occupe des questions ménagères. Femme de ménage, comme la mère d’Albert Camus, ou gardienne, elle réside dans un immeuble voisin, au 86, rue de Varenne.

 

Plis d’usage, voir photos.