Loading...

Eugène DELACROIX – Recommandation pour un de ses élèves

Lettre autographe signée adressée à Jean-Victor Schnetz, alors directeur de l’Académie de France à Rome – [Paris], le 19 juin 1845 – 2 pp. sur un double-feuillet in-8.

 

« En attendant le temps passe et avec lui la passion des belles choses : ce serait pourtant la dernière chose que je voudrais perdre. »

 

 

Vendu

Eugène DELACROIX (1798 – 1863) – Peintre

Lettre autographe signée adressée à Jean-Victor Schnetz, alors directeur de l’Académie de France à Rome – [Paris], le 19 juin 1845 – 2 pp. sur un double-feuillet in-8.

Belle lettre de recommandation teintée de nostalgie

« Je prends la liberté de vous recommander Monsieur Léon Fauré, mon élève, qui vient d’obtenir de la ville de Toulouse d’être son pensionnaire à Rome. J’ai pensé que vous voudriez bien lui permettre de venir quelquefois vous demander votre avis sur ses études : je ne connais personne à qui je le recommanderais avec plus d’assurance dans l’intérêt de son avenir.

Je vous envoie des voyageurs et je ne puis m’envoyer moi-même : il semble qu’une sorte de fatalité m’enchaîne ici et rende d’année en année l’espoir de toucher barre à cet admirable pays. En attendant le temps passe et avec lui la passion des belles choses : ce serait pourtant la dernière chose que je voudrais perdre.

Je ne puis vous donner beaucoup de nouvelles de nos amis Vieillard ; il y a longtemps que je ne les ai vus. J’ai vécu très retiré cet hiver à cause d’un mal de gorge qui me revient presque périodiquement. Je sais qu’ils vont bien. Recevez, Mon cher Schnetz, en attendant le plaisir de vous revoir, et je crois malheureusement que ce sera à Paris, mille amitiés bien dévouées. »

Le peintre Jean-Victor Schnetz (1787-1870) partage sa vie entre la France et l’Italie et connaît une carrière bien remplie : il devient membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1837 avant d’être nommé à Rome à la direction de l’Académie de France, où il succède à Jean-Dominique Ingres de 1841 à 1846. Il occupe de nouveau ce poste entre 1853 et 1866.

Après avoir été élève de l’École des Beaux-Arts de Toulouse, Léon Fauré (1819-1887) rejoint l’atelier d’Eugène Delacroix avant de devenir pensionnaire de l’Académie de France à Rome en 1846. Il est de retour dans l’atelier de Delacroix en 1848 et y reste jusqu’en 1865 environ. En 1861, Théophile Gautier avait remarqué ses envois au salon : « M. Fauré est élève de M. Eugène Delacroix, et vraiment il fait honneur à son maître, dont il rappelle les qualités sans imitation servile » (J. Penent, 1991).

 

Bon état, voir photos.