Loading...

[George SAND] – Bel ensemble de 10 L.A.S. de sa belle-fille à Émile Aucante

Exceptionnel dossier de 10 lettres autographes signées de sa belle-fille Lina Sand-Calamatta adressées à Émile Aucante.

 

« Vous avez du voir qu’il y a un nouveau potin qui recommence dans le monde des lettres à propos de Chopin »

1 000

1 en stock

1 en stock

This is Tooltip!

[George SAND] (1804 – 1876) – Femme de lettres

Exceptionnel dossier de 10 lettres autographes signées de sa belle-fille Lina Sand-Calamatta adressées à Émile Aucante

Épouse de Maurice Sand, Lina Sand-Calamatta (1842-1901) fut légataire des droits littéraires de George Sand.

Émile Aucante (1822-1908), installé à Nohant après un passé tumultueux, était le secrétaire particulier et l’homme de confiance de George Sand. Il a poursuivi sa carrière chez l’éditeur Michel Lévy, où il a dirigé la collection Les Bons Romans et la revue L’Univers Illustré.

George Sand lui a confié notamment sa correspondance autographe avec Alfred de Musset qu’il fit publier dans la Revue de Paris du 1er novembre 1896. La publication de ces mêmes lettres par Paul Mariéton quelques mois plus tard fit l’objet d’un retentissant procès dont il est question ici.

 

  • Nohant, le 26 novembre 1871, signée Lina Sand Calamatta – 3 pp. in-8.

« Merci cher Monsieur, et des comptes et des bonnes choses que vous nous dîtes dans votre lettre. Nous sommes toujours bien sensibles au bon souvenir que l’on garde de Nohant […] Ce pays-ci n’a pas fait trop de pertes l’an dernier, et Maurice par conséquent a pu continuer tranquillement son agriculture sans fortes secousses…[nouvelles familiales]

J’aurais à vous prier de vouloir bien annoncer dans l’Aurore Illustré la vente des dessins de mon père [l’artiste Luigi Calamatta] ainsi que des gravures, tableaux etc. qui lui appartenaient. Comment cela se fait il faut il vous donner une petite notice ou faire seulement une annonce ? et combien de temps avant la vente ? celle-ci aura lieu le 18 décembre et jours suivants, l’exposition des objets est fixée au dimanche 17 décembre […] »

  • Nohant, le 30 août 1872, signée Lina Sand Calamatta – 2 ½ pp. in-8, annotation de réponse.

Sur les droits à percevoir du roman l’Angusta

« Mon cher Monsieur

Depuis longtemps nous sommes privés de vos nouvelles mais je pense que votre santé est bonne et que rien de fâcheux ne vous est survenu, je serai bien contente d’en recevoir l’assurance dans votre réponse. Je viens vous prier de tirer au clair un point qui reste obscur dans mes comptes. Madame Sand croit que Mr Lévy a payé d’avance le roman de l’Angusta qui va paraître, d’un autre côté ni moi ni Maurice ne nous rappelons avoir touché cette somme et nous n’en retrouvons pas trace dans notre livre de compte.

Soyez assez bon, cher Monsieur, de voir dans les livres de Mr Michel Lévy si la première édition de l’Angusta a été payée à Maurice, vous me rendrez bien service. »

  • Nohant, le 7 février 1897, signée L Sand – 3 pp. in-8.

Sur l’annulation par Lina Sand et Mme Landrin de Musset, sœur de Musset, de la représentation d’une « pièce irrévérencieuse sur Venise » [Une nuit à Venise, pièce de Mongerolle portant préjudice au Dr Pagello, encore vivant, en dévoilant sa liaison avec George Sand pendant un séjour à Venise en compagnie d’Alfred de Musset].

  • Nohant, le 16 février 1897, signée Lina Sand – 3 ½ pp. in-8.

Sur l’édition de sa correspondance avec Tourguenieff et le procès en cours concernant celle avec Alfred de Musset

 « Mon Cher ami,

Mr Kalperine-Kaminski m’a demandé communication des lettres de Tourguenieff à G. Sand, il y en avait fort peu et je les lui ai communiquées. Quant aux lettres de Mme Sand à Tourguenieff c’est ma première nouvelle et je n’ai pas donné d’autorisation donc je ne vois pas pourquoi ces lettres paraîtraient sans que nous touchions la part qui doit nous revenir aux uns et aux autres [suit l’évocation du litige en cours concernant la correspondance avec A. de Musset par Paul Mariéton chez Havard fils. La demande de dommage et intérêts de Calmann-Lévy et Lina Sand sera déboutée par un jugement rendu un mois plus tard] »

  • Nohant, le 12 mars 1897, signée L S – 4 pp. in-8.

Importante lettre écrite le lendemain du jugement par lequel « Mariéton gagne complétement son procès ». Lina Sand renonce à aller en appel et évoque « un nouveau potin […] dans le monde à propos des lettres de Chopin » [l’article du Gil Blas du 9 mars 1897 intitulé « Chopin et Sand » selon lequel une comtesse polonaise s’apprête à publier les lettres de Sand à Frédéric Chopin. Il s’agira en fait de copies effectuées par Chopin lui-même, puisque les originaux avaient été détruits].

« Mon cher Aucante,

Il y a en effet une petite erreur en défaveur de Mrs Lévy et cela à cause du travail de séparation assez compliqué du partage. Il sera facile d’y remédier lorsque Messieurs Lévy verseront (aux héritiers de G.S), l’argent des lettres de Ste Beuve qui vont paraître en volume.

Les lettres de Mme Sand à l’abbé George ont donné 1330 lignes à 25 cts la ligne ou 10 frs la page, prix que j’ai accepté. […]

Vous avez du voir qu’il y a un nouveau potin qui recommence dans le monde des lettres à propos de Chopin. J’aurais bien voulu vous en parler. Mr Paul me disait un jour qu’il y aurait peut-être bien de faire passer dans les journaux une note à propos de ces correspondances mais il faudrait que ce fût soigneusement rédigé. Je crains fort que nous perdions nos procès et alors […] comment empêcher.. si la justice elle-même nous donne tort ! […] J’ouvre mon journal au moment de fermer cette lettre et je vois que : Mr Mariéton gagne complètement son procès” – Je m’y attendais […] »

  • Nohant, le 10 janvier 1898, signée L Sand – 4 pp. in-8.

Nouvelles familiales et quelques rentrées d’argent pour ses filles sur le volume Musset de Sainte-Beuve (Lettres à Alfred de Musset et à Sainte-Beuve paru chez Calmann-Lévy en 1897)

  • Nohant, le 8 août 1898, signée L Sand – 4 pp. in-8.

Sur les suites du procès et la publication du livre de Stéfane Pol qui ne lui a « rien appris de nouveau ni sur George Sand ni sur Flaubert »

  • Nohant, le 10 janvier 1899, signée L Sand – 2 pp. in-8.

Nouvelles familiales

  • Nohant, le 25 mai 1899, signée Lina Sand – 3 pp. in-8, deuil.

Lettre de condoléances dans laquelle elle lui exprime son attachement

« […] sachez bien que votre souvenir est resté très vif à Nohant, que le pavillon est toujours le pavillon d’Émile Aucante […] »

  • Nohant, le 7 septembre 1901, signée L Sand – 4 pp. in-8.

Deux mois avant son décès, Lina Sand évoque les préparatifs d’une fête organisée à La Châtre en mémoire de George Sand

« […] grâce à Mme Baretta-Worms qui a un culte pour G.Sand, il y aura sans doute une bonne représentation du champi. Cela et la musique des vielleux et cornemuseurs : Gâs du Berry ou Boutiers berrichons ce sera le plus intéressant. Bonne Mère a laissé un tel souvenir de bonté que les énergies se sont réveillées, et je pense que la fête réussira. Si cela vous fait plaisir je vous enverrai le compte rendu. Il vient de paraître une petite brochure que vous recevrez. Voilà les curés qui se mettent à faire l’éloge de G.Sand après lui avoir adressé les plus vilaines injures. Tant mieux, ma foi ! Mais il ne faudrait pas qu’ils impriment trop de bourdes […] »

 

Bon état général, voir photos.