Loading...

Guy de MAUPASSANT – Rare lettre de jeunesse avec apostille de son frère

Lettre autographe signée adressée à son cousin [Louis Le Poittevin] avec apostille autographe de son frère Hervé de Maupassant – Étretat, le mardi 1er janvier [1867] – 2 pp. sur un feuillet in-8.

 

« je suis le seul dans ma classe qui ait été deux fois premier depuis le commencement de l’année ; la première fois c’était en narration française »

3 500

1 en stock

1 en stock

This is Tooltip!

Guy de MAUPASSANT (1850 – 1893) – Écrivain et chroniqueur

Lettre autographe signée adressée à son cousin [Louis Le Poittevin] avec apostille autographe de son frère Hervé de MaupassantÉtretat, le mardi 1er janvier [1867] – 2 pp. sur un feuillet in-8.

Rare lettre écrite à l’âge de dix-sept ans, pendant ses vacances à Étretat, alors qu’il est en classe de seconde

« Il y déjà longtemps que je vous aurais écrit pour vous offrir mes souhaits de bonne année, si je n’avais été retenu à l’infirmerie par un vilain mal de tête qui m’a fait beaucoup souffrir ; mais l’air du pays a eu sur moi un effet salutaire et je vais beaucoup mieux aujourd’hui, aussi je m’empresse de vous écrire pour vous remercier de l’argent que vous m’avez envoyé, et vous présente mes souhaits bien sincères pour l’année qui vient de naître.

J’ai rapporté à ma mère un jour de l’an qui lui a fait bien plaisir ; c’est une nouvelle place de 1er ; je suis le seul dans ma classe qui ait été deux fois premier depuis le commencement de l’année ; la première fois c’était en narration française, et cette fois c’est en version latine.

Nous faisons en ce moment de la chimie, et cette science m’amuse. Je compte y consacrer beaucoup de temps pendant les vacances.

Ma mère vous remercie beaucoup des choses affectueuses que vous vous me dites pour elle, et vous offre à son tour ses meilleurs souvenirs. Adieu,  mon cher cousin, veuillez croire à l’affection sincère et respectueuse que je vus ai vouée, et offrir à ma cousine l’hommage de mes sentiments dévoués ; j’embrasse bien mon joli petit cousin que je serais heureux de connaître un jour. »

Hervé de Maupassant écrit à la suite : « Mon cher cousin, je veux à mon tour vous dire merci pour le beau cadeau que vous m’avez fait et vous offrir, ainsi qu’à ma cousine et à mon petit cousin tous mes vœux de bonne année. Je vous embrasse de tout mon cœur. » 

Frère cadet de Guy, Hervé de Maupassant (1856-1889) lui causa maints soucis. Être nonchalant, il se montra peu appliqué dans ses activités, et avait en outre rapporté des manières parfois brutalement grossières de son service militaire : cela provoquait de la peine à sa mère et la colère de Guy – lequel le prit comme modèle pour le passé de sous-officier de son personnage Duroy dans Bel-Ami. En 1887, apparurent les premiers symptômes de la syphilis, troubles mentaux puis paralysie générale. Guy s’occupa alors de lui jusqu’à sa mort, le faisant interner en hôpital psychiatrique à Lyon-Bron, lui rendant des visites, puis, après sa mort, prit soin de sa veuve et de sa fille en leur versant une pension. Cette mort l’affecta profondément, et l’émotion qu’il ressentit imprègne plusieurs pages de Sur l’Eau.

Cousin et intime de Maupassant, Louis Le Poittevin (1847-1909) lui était doublement lié : son père Alfred Le Poittevin (par ailleurs ami proche de Flaubert) était le frère de la mère de Maupassant, Laure de Poittevin, et avait épousé la sœur du père de Maupassant, Louise de Maupassant. Marié à la fille d’un banquier rouennais, Louis Le Poittevin avait abandonné des études de droit pour se consacrer à l’art, et après avoir pris des cours auprès de William Bouguereau, était devenu paysagiste.

 

Plis d’usage, petite réparation dans un angle, voir photos.