Loading...

Hector BERLIOZ – Belle L.A.S., répétitions pour un concert (1859)

Lettre autographe signée adressée à M. Durand – [Paris], 4, rue de Calais, 9 avril [1859] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

 

« Voulez-vous être assez bon pour jouer à mon concert le trio de Bach arrangé par Gounod »

2 000

1 en stock

1 en stock

Hector BERLIOZ (1803 – 1869) – Compositeur et chef d’orchestre

Lettre autographe signée adressée à M. Durand – [Paris], 4, rue de Calais, 9 avril [1859] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

Au sujet des répétions du concert qu’il donne à l’Opéra Comique le 23 avril 1859

« Voulez-vous être assez bon pour jouer à mon concert le trio de Bach arrangé par Gounod, avec Herman et Th. Ritter ? Vous m’obligerez beaucoup et vous rendrez aussi bien heureux Édouard Alexandre. Nous répèterons les chœurs de femmes de l’Enfance du Christ (que voulez bien accompagner derrière la scène) jeudi 21 août à 7h du soir, salle Beethoven. S’il vous était possible d’assister à cette répétition vous répéteriez votre partie sur un piano en attendant l’orgue.

La seconde des femmes aura lieu le lendemain 22 avril à 9h du matin dans la même salle. Nous aurons aussi une répétition avec orchestre et orgue et les chanteurs solistes jeudi 21 avril à midi à l’opéra comique.

La répétition générale se fera le jour même du concert samedi 23 à midi à l’opéra comique. Vous me direz les billets dont vous aurez besoins […] »

Le détail du programme du concert comprenait donc, outre l’Enfance du Christ, le Chœur de gnomes et de sylphes et le Ballet des Sylphes de la Damnation de Faust, l’Hymne à la France, la mélodie Plaisir d’amour de Martini instrumentée par Berlioz (première audition), l’andante et rondo pour piano de Beethoven, joué par Théodore Ritter, le prélude de Bach arrangé par Gounod pour piano, violon et orgue-mélodium; une scène du Paradis perdu de Ritter, et un air d’Oberon de C.M. von Weber.

 

Plis d’usage, petits accidents marginaux, voir photos.