Loading...

Henri de TOULOUSE-LAUTREC – Précieux témoignage de son premier accident [1878]

Lettre autographe signée « votre neveu Henri » adressée à l’un de ses oncles – [Paris] Pâques [1878] – 1 page in-8 (11,4 x 17,7 cm), sur papier filigrané « Paris Louvre Note Paper ».

 

« Tout va de mieux en mieux. L’appétit est plus que revenu il est violent. Le docteur défend encore de se lever par excès de précaution. Mais probablement demain il le permettra »

10 000

1 en stock

1 en stock

Henri de TOULOUSE-LAUTREC (1864 – 1901) – Peintre, affichiste et illustrateur

Lettre autographe signée « votre neveu Henri » adressée à l’un de ses oncles – [Paris] Pâques [1878] – 1 page in-8 (11,4 x 17,7 cm), sur papier filigrané « Paris Louvre Note Paper ».

Très précieuse lettre écrite au lendemain de la première chute qui allait sceller son destin

« Mon cher Oncle, Tout va de mieux en mieux. L’appétit est plus que revenu il est violent. Le docteur défend encore de se lever par excès de précaution. Mais probablement demain il le permettra. Maman est très gaie et lit et cause avec plaisir. Embrassez tous. »        

Aux vacances de Pâques 1878, Alphonse, Adèle et Henri sont reçus par Charles de Toulouse-Lautrec et sa femme Émilie au château du Bosc, à Albi. Le 30 mai, au cours d’une conversation Alphonse fait appeler son fils qui s’installe sur une petite chaise, mais celui-ci s’entrave malencontreusement dans une cravache et fait une chute. Le docteur de la famille qui est présent constate une fracture du fémur gauche, cette lettre constitue le premier écrit consécutif à cet accident. Henri est plâtré pendant 40 jours et sa famille met alors tout en œuvre pour remédier à ses ennuis de santé et fortifier son corps défaillant. Cet accident aura des conséquences tragiques et les symptômes de sa maladie génétique (la pycnodysostose) commenceront dès lors à se manifester. Cette fracture mal réduite l’obligera à se déplacer avec une canne ; l’année suivante, après une fracture du fémur droit, sa croissance sera définitivement stoppée, ses deux jambes devenues difformes feront de lui un infirme à vie.

                                                                           

Références : Toulouse-Lautrec. Correspondance (Édition de Herbert Schimmel – N°24, page 53 – Art et Artistes / Gallimard).

 

Bon état, voir photos.