Loading...

Henri MICHAUX – Curieux de mieux connaître l’œuvre de Roger Brielle

Lettre autographe signée à Roger Brielle – Paris, [c.1944] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

 

« J’ai vu chez Monsieur Godet d’autres œuvres de vous, notamment une tête, qui justifient largement mon enthousiasme et me donnent curiosité encore plus forte de connaître vos tableaux, vos recherches. »

850

1 en stock

1 en stock

Henri MICHAUX (1899 – 1984) – Écrivain, poète et peintre

Lettre autographe signée à Roger Brielle – Paris, [c.1944] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

Enthousiaste, il projette de visiter l’atelier de Roger Brielle

« J’ai vu chez Monsieur Godet [en 1942, Henri Parisot avait présenté Henri Michaux à Robert J. Godet, qui était devenu son éditeur et ami] d’autres œuvres de vous, notamment une tête, qui justifient largement mon enthousiasme et me donnent curiosité encore plus forte de connaître vos tableaux, vos recherches.
Pensant me rendre à Loche dans une dizaine de jours (si les trains et d’autres facilités de voyage existent encore à cette heure) je ferais volontiers un détour, si je pouvais vous rencontrer à Blois. Y demeurez-vous toujours ? Avez-vous le téléphone ?
En relisant votre mot, je ne trouve pas ce dernier renseignement, mais par contre d’admirables offres dont je vous remercie, tard, en paresseux mais pas moins cordialement.
P.S.
Ma femme s’est laissée persuader qu’il y avait à Loche des hôtels où l’on mange sans qu’on vous arrache le portefeuille et où il serait possible de passer 15 jours non bombardés.
Si vous savez quelque chose à ce sujet, ne la gardez pas secrète. Merci »

En 1944, la revue Confluences annonce le projet du Voyage au pays de la magie d’Henri Michaux qui doit paraître aux édition Robert J. Godet, avec un frontispice de Picasso. Seul son poème Au pays de la magie, publié en novembre 1941, sera finalement réédité en 1948 dans le recueil Ailleurs.

Dès les années 1930, le peintre sarthois Roger Brielle (1899-1960) se lie d’amitié avec René Char, Paul Éluard et Pierre Reverdy. Proche d’André Breton, il participe activement au mouvement surréaliste et prend part à la grande exposition surréaliste de la galerie Maeght en 1947 ; il prend ensuite ses distances et évolue vers l’abstraction.

Pli d’usage, voir photos.