Loading...

Henri MICHAUX – Lettre à Henri Parisot sur son refus de diffuser son image [1945]

Lettre autographe signée à Henri Parisot – S.l. [c.1945] – 1 p. ¼ in-16, encre bleue sur papier bleu.

 

« J’interdis depuis toujours et continue à interdire qu’on publie ma photo en suisse ou ailleurs »

1 600

1 en stock

1 en stock

Henri MICHAUX (1899 – 1984) – Écrivain, poète et peintre

Lettre autographe signée à Henri Parisot – S.l. [c.1945] – 1 p. ¼ in-16, encre bleue sur papier bleu.

Son refus obstiné de publier sa photo et l’édition du recueil Liberté d’action

« J’interdis depuis toujours et continue à interdire qu’on publie ma photo en suisse ou ailleurs. Si vous tenez absolument à avoir pour votre biblio personnelle la photo faite par Brassaï, soit – Mais ne la donnez à personne. Voici les notes pour Mario Prassinos [?] et aussi le manuscrit Liberté d’action. Je veux croire qu’il vous convient. Ne le montrez pas. [?] qu’à ceux à qui il est indispensable de le montrer. Et qu’on n’en publie pas une ligne ailleurs que dans le volume que vous en ferez. S’il ne vous convient pas, dîtes-le. Je vous demanderai plus tard autre chose à la place de cette liberté. »

Henri Michaux s’opposera avec une constance remarquable à toute sollicitation de paraître en public : émissions de télévision ou de radio, interviews, conférences ou photographies. En 1934, comme un ami insiste auprès de Jean Paulhan pour obtenir une photo de lui, Michaux répond qu’il se propose d’envoyer à l’ami en question une radioscopie de ses poumons ou un cliché de son nombril… En 1966, dans le numéro de L’Herne qui lui est consacré, il consentira à la publication de 4 photos seulement, signées d’Henri Cartier-Bresson et de Gisèle Freund.

Le recueil de poèmes Liberté d’action est édité la même année sous la direction d’Henri Parisot dans la collection L’Âge d’or de la revue Fontaine. Publiée entre 1945 et 1957, cette collection regroupe une cinquantaine de textes, présentés chacun avec une couverture illustrée par Mario Prassinos.

Proche des surréalistes, l’éditeur et traducteur Henri Parisot (1908-1979) est connu pour ses traductions des œuvres de Lewis Carroll. Il fut introduit dans le milieu surréaliste par René Char qu’il avait rencontré à la librairie de José Corti.

 

Pli d’usage, voir photos.