Loading...

Henri POINCARÉ – Rare lettre scientifique du précurseur de la théorie de la relativité

Lettre autographe signée adressée à un cher Confrère – S.l.n.d. – 2 p. ¼ in-12, papier brun.

 

« Dans la couche de passage vernis-air il est vrai que ρ est nul ; mais cela ne fait rien. »

2 000

1 en stock

1 en stock

Henri POINCARÉ (1854 – 1912) – Mathématicien et physicien

Lettre autographe signée adressée à un cher Confrère – S.l.n.d. – 2 p. ¼ in-12, papier brun.

Correspondance de deux éminents scientifiques et amis, entre lesquels le courant passe bien

« J’avais cru comprendre votre pensée mais je m’aperçois que je ne l’ai pas encore saisie. J’avais cru que vous acceptiez les équations de Hertz ; maintenant je n’en suis plus sûr et je ne sais pas quelles sont celles que vous proposez de mettre à la place. Je ne comprends pas non plus si ces courants de conduction (qui d’après vous compenseraient les courants de convection) siègent dans le disque mobile lui-même ou dans l’écran fixe. Dans ce dernier cas je vous demanderais si vous n’admettez plus ce que je vous avais dit dans une de mes premières lettres au sujet de la compensation l’effet moyen nul des courants de conduction de l’écran fixe quand le phénomène est périodique.

Dans la couche de passage vernis-air il est vrai que ρ est nul ; mais cela ne fait rien. Il y a dans la couche de passage métal-vernis un courant de condu convection de Rowland et un “courant de Röntgen”. Ces deux courants se compensent

[f] = [g] = [h] = 0

C’est ce que vous avez montré dans votre avant dernière lettre. Dans la couche de passage vernis-air, il ne peut pas y avoir de courant de Rowland puisque ρ=0, mais il y a un courant de Röntgen qui compense le courant de Röntgen de l’autre couche de passage. À vous de tout cœur. »

Une note postérieure en haut du premier feuillet précise que la lettre a été offerte en 1936 par une des filles du scientifique, Jeanne Poincaré (1887-1974), qui avait épousé l’ingénieur Léon Daum en 1913, diplômé de l’École des mines et major de l’École polytechnique (1905).

Plis consolidés, quelques marques d’usure, voir photos.