Loading...

[LITTÉRATURE]. ALAIN – Manuscrit autographe signé d’un “Propos d’un Normand” (1911)

Manuscrit autographe signé de sa chronique « Propos d’un Normand » parue dans La Dépêche de Rouen le 11 octobre 1911 – S.l.n.d. [c. octobre 1911] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

 

« On lit souvent que chacun ne pense qu’à soi, ne vit que pour soi, n’aime que soi. Pourtant on trouve des sauveteurs et des guerriers autant qu’il en faut. »

600

1 en stock

1 en stock

ALAIN (Émile-Auguste Chartier, dit. 1876 – 1946) – Philosophe, essayiste, journaliste et professeur de philosophie

Manuscrit autographe signé de sa chronique « Propos d’un Normand » parue dans La Dépêche de Rouen le 11 octobre 1911 – S.l.n.d. [c. octobre 1911] – 2 pp. sur un double feuillet in-8.

Réflexions sur l’amour de soi

« On lit souvent que chacun ne pense qu’à soi, ne vit que pour soi, n’aime que soi. Pourtant on trouve des sauveteurs et des guerriers autant qu’il en faut. Cela laisse croire que ce développement si connu sur l’égoïsme universel est bien loin d’aller au fond des choses. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette idée de l’amour de soi, qui donne lieu à tant de remarques piquantes, est une des plus confuses que l’on rencontre.

Qui donc est content de soi ? Qui donc s’aime réellement lui-même ? Je vois que la plupart imitent le voisin, non seulement pour le costume, mais pour les opinions, pour les vertus, pour les vices. Et beaucoup s’exposeraient à la mort pour échapper au ridicule, ce qui fait bien voir que le blâme des autres nous pique comme une flèche. […] »

Ce texte a d’abord été publié dans le journal La Dépêche de Rouen, dans lequel Alain tient, à partir de 1903, des chroniques hebdomadaires intitulées Propos du dimanche, puis Propos du lundi, avant de passer à un rythme quotidien, utilisant alors l’intitulé Propos d’un Normand. Cette rubrique paraît dès lors sans interruption, du 16 février 1906 au 1er septembre 1914, la série entière comprenant 3.098 propos. En septembre 1914, les publications seront interrompues, Alain, alors âgé de 46 ans, s’engage et part pour le front. À partir du 9 avril 1921, ses Libres propos renaîtront, ils seront diffusés dans une revue vendue en kiosque, il en écrira 1.800.

Bon état, voir photos.