Loading...

P.-A. Caron de BEAUMARCHAIS – Sur les débats du Bureau de législation dramatique

Lettre autographe signée à l’auteur dramatique Marc-Antoine Rochon de Chabannes (1730-1800) – S.l., ce jeudi 15 janvier [1778] – 1 page in-4 (15,8 x 20,7 cm).

 

« si j’ai de la force contre mes ennemis, je n’en ai point contre mes amis »

3 800

1 en stock

1 en stock

This is Tooltip!

Pierre-Augustin Caron de BEAUMARCHAIS (1732 -1799) – Dramaturge et homme d’affaires

Lettre autographe signée à l’auteur dramatique Marc-Antoine Rochon de Chabannes (1730-1800) – S.l., ce jeudi 15 janvier [1778] – 1 page in-4 (15,8 x 20,7 cm).

Belle lettre évoquant les travaux du Bureau de la législation dramatique, précurseur de la S.A.C.D.

« Non Monsieur ; nous ne consentons point que vous vous absentiez de l’assemblée de dimanche. Il y a réellement un peu de confusion dans les idées de vos différentes réclamations, faute d’avoir bien classé dans votre tête tous les travaux que nous allons présenter aux gentilshommes de la Chambre [le maréchal de Duras (1715-1789), alors directeur de la Comédie-Française, et le maréchal de Richelieu (1696-1788), arrière-petit neveu du cardinal] pour lesquels il nous faut votre attache. Une conversation amicale avant l’assemblée vous ramènera, j’en suis certain à l’avis le plus sage. Et quant au commissariat ; je vous ai dit mon mot mais je suis comme vous et ne veux point disputer car si j’ai de la force contre mes ennemis, je n’en ai point contre mes amis. Je vous salue et vous attends dimanche. »

L’assemblée dont il est question est celle du Bureau de la législation dramatique fondée en 1777 par Beaumarchais pour la défense des droits d’auteurs ; connaissant les divergences de vue de Rochon de Chabanne sur plusieurs questions, il compte tout particulièrement sur sa présence. Cette réunion se tiendra le dimanche 18 janvier et Rochon de Chabannes sera bien présent.

L’ordre du jour de cette réunion portera sur le règlement de l’assemblée, contre lequel Rochon de Chabannes avait émis des critiques visant notamment l’inamovibilité des commissaires (outre Beaumarchais, Marmontel, Sedaine et Saurin occupent la fonction). Seront également abordées les questions de la modification du statut des comédiens et celle de la précarité des héritiers de Jean Racine, à qui Rochon de Chabanne proposera que soit accordé un prêt de 50 louis pour obtenir des honoraires sur Athalie.

Légères rousseurs, voir photos.