Loading...

Paul VERLAINE – Précieux reçu signé pour “Les Poètes maudits”

Reçu autographe signé adressé à Léon Vanier – Paris 26 mars 1887 – 1 page in-12 oblong (18 x 11,5 cm) à l’encre bleue ; au verso, en-tête imprimé : Léon Vanier. Libraire-Éditeur. 19, Quai Saint-Michel à Paris.

 

« Reçu de Monsieur Vanier vingt-cinq francs à valoir sur traite Poètes maudits »

1 000

1 en stock

1 en stock

Paul VERLAINE (1844 – 1896) – Poète

Reçu autographe signé adressé à Léon VanierParis 26 mars 1887 – 1 page in-12 oblong (18 x 11,5 cm) à l’encre bleue ; au verso, en-tête imprimé : Léon Vanier. Libraire-Éditeur. 19, Quai Saint-Michel à Paris.

Précieux reçu autographe signé pour Les Poètes maudits

Les Poètes maudits regroupe une série d’études critiques sur la poésie, mêlant des portraits de poètes contemporains et des extraits de leurs poèmes. L’édition princeps (1884) est consacrée à l’étude de trois poètes : Tristan Corbière, Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé. Une seconde édition augmentée paraîtra la même année. Dans l’édition revue et augmentée parue en 1888, trois autres poètes sont ajoutés à la sélection précédente : Marceline Desbordes-Valmore, Villiers de l’Isle-Adam et Pauvre Lelian (anagramme de Paul Verlaine). Cet ouvrage, tiré à 600 exemplaires est orné de six portraits en médaillon hors-texte gravés par Manuel Luque (1854-1919), peintre, caricaturiste, illustrateur et lithographe.

L’expression de poètes maudits connaîtra une destinée hors du commun, la figure d’Arthur Rimbaud en fournissant l’archétype et contribuant largement à sa notoriété. Pour une génération d’auteurs contemporains, ou non, elle désignera pour toujours le statut du poète incompris et rejeté, toujours en rupture de la société, grand amateur d’alcool ou de drogues et dont le génie ne sera reconnu qu’à titre posthume, tel François Villon, Lautréamont, Charles Baudelaire, Antonin Artaud, Gérard de Nerval, Aloysius Bertrand, John Keats ou…Paul Verlaine.

” Reçu de Monsieur Vanier vingt-cinq francs à valoir sur traite Poètes maudits

             Paris 26 mars 1887

                                       P.Verlaine ”                                                       

                                                           

Quelques trous d’épingles, infimes rousseurs en marge, voir photos.