Loading...

René CHAR – Commentaire inspiré par un dessin de Roger Brielle

Lettre autographe signée adressée à Roger Brielle – L’Isle-sur-Sorgue, 27 mai 1946 – 1 page in-4, enveloppe conservée.

 

« Je suis heureux que mes poèmes soient vos compagnons, que la solitude dont ils sont chargés ne vous rebute pas… »

750

1 en stock

1 en stock

This is Tooltip!

René CHAR (1907 – 1988) – Poète

Lettre autographe signée adressée à Roger Brielle – L’Isle-sur-Sorgue, 27 mai 1946 – 1 page in-4, enveloppe conservée.

Envolée poétique inspirée par son dessin aux lignes de miroir noir

« Je suis heureux que mes poèmes soient vos compagnons, que la solitude dont ils sont chargés ne vous rebute pas… Je vous remercie de votre dessin aux lignes de miroir noir. C’est ainsi que je les aime comme les aiguilles surchauffées d’une horloge qui aurait pulvérisé le temps et traceraient désormais des sentiers d’herbes inespérées. […] »

En avril 1946, avait paru Feuillets d’Hypnos contenant ce passage qui fait écho (fragment 26) : « Le temps n’est plus secondé par les horloges dont les aiguilles s’entre-dévorent aujourd’hui sur le cadran de l’homme. Le temps c’est du chiendent, et l’homme deviendra du sperme de chiendent. »

Dès les années 1930, le peintre sarthois Roger Brielle (1899-1960) se lie d’amitié avec René Char, Paul Éluard et Pierre Reverdy. Proche d’André Breton, il participe activement au mouvement surréaliste et prend part à la grande exposition surréaliste de la galerie Maeght en 1947 ; il s’en éloignera ensuite et évoluera vers l’abstraction.

En 1945, avait paru à la N.R.F. Seuls demeurent, illustré en couverture d’un dessin original de Roger Brielle.

Un fragment de papier collé au verso, voir photos.