Loading...

Théodore de BANVILLE – Belle L.A.S. illustrée de 3 dessins à la plume

Belle lettre autographe illustrée adressée à Alfred, un ami proche [Alfred Albert (1814-1879) ?] – S.l.n.d., Samedi – 4 pp. in-8.

 

« ma lettre est illustrée, n’ayant pu être affranchie »

 

850

1 en stock

1 en stock

This is Tooltip!

Théodore de BANVILLE (1823 – 1891) – Poète et dramaturge 

Belle lettre autographe illustrée adressée à Alfred, un ami proche [Alfred Albert (1814-1879) ?] – S.l.n.d., Samedi – 4 pp. in-8.

Amusante lettre ornée de trois dessins à la plume, dont un autoportrait

« Samedi (ma lettre est illustrée, n’ayant pu être affranchie)
Mon cher Alfred,
Je serai demain chez toi à midi précis pour prendre une copie de notre Loys
[poème extrait du Livre Deuxième du recueil Les Cariatides], paroles, musique et accompagnement. Il le faut !!! Ainsi aies la, dusses tu pour cela commettre de grands crimes.
Je t’expliquerai ultérieurement (c’est-à-dire demain) dans quel but.
Réunir, comme les delascum quarante femmes plus belles que les autres, – fussent elles nues ! – y joindre des rafraîchissements, des grandes fleurs dans les jardinières et un Musée secret comme celui de Naples, – ce sont là des folies que je te pardonnerai si tu les commets, puisqu’elles auront pour but de me recevoir avec tous les honneurs dus à mon rang.
Tu peux cependant remplacer provisoirement ces magnificences par une canette de bière et deux sous de tabac.
Je me borne quant à moi, à remplacer pour ta main un étau solide ; c’est-à-dire que je te la serre beaucoup et suis ton tout dévoué Théodore. Surtout aies Loys !

P.S : heureux homme que tu es ! à l’heure qu’il est tu reçois pour trois sous de beau style !

TH.INVENIT, DELINEAVIT ET SCULPSIT

Je t’en prie que Loys soit copié à midi ! c’est très important. Puisque j’ai commencé à dessiner ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps, je vais faire mon buste »

En guise de signature, Banville termine son courrier par un autoportrait en poète lauré, en buste, légendé en grec ΘΕΟΔΟΡΟ [Theodoro] sur une base ornée d’une lyre et autour duquel s’agenouille la foule.

 

Petites fentes aux plis, rousseurs éparses, voir photos.