Gustave Caillebotte - Mémoire d'encres

Mémoire d'encres - Documents signés de Gustave CAILLEBOTTE (1848-1894), peintre, collectionneur et mécène

Peintre réaliste, puis impressionniste, également collectionneur et mécène, mais aussi brillant architecte naval, Gustave Caillebotte est né à Paris en 1848 et mort à Gennevilliers en 1894. Très investi dans le monde de l’art et premier soutien des peintres impressionnistes, il en est le mécène et organise plusieurs expositions à leur intention. Il lèguera à l’État son importante collection de peintures et de dessins.
Peintre sans prétention, Gustave Caillebotte est longtemps oublié par la critique et ne connaît qu’une notoriété tardive, il apparaît à présent comme une figure importante de l’Art du XIXe siècle. Parmi ses œuvres les plus connues figurent Les Raboteurs de parquets, Jeune homme à la fenêtre, Rue de Paris, temps de pluie ou Le Pont de l’Europe.

Gustave Caillebotte est né dans un milieu aisé, sa fortune lui permettra d’alterner librement parmi ses activités de prédilection (peinture, nautisme, construction de bateaux, philatélie). Après des études au lycée Louis-le-Grand à Paris, il se dirige vers des études de droit et obtient une licence en 1870, il commence à peindre cette même année. Il entre dans l’atelier du peintre Léon Bonnat et, en 1873, entre à l’École des Beaux-arts de Paris.

En 1875, il peint Les Raboteurs de parquet et présente ce tableau au salon, il est toutefois refusé car le sujet, le travail des ouvriers, n’est pas jugé digne de figurer dans une création artistique. Il expose l’année suivante ses toiles à la deuxième exposition des impressionnistes, chez Durand-Ruel. En 1877, il finance et organise la troisième exposition des impressionnistes et y expose Rue de Paris, temps de pluie, Le Pont de l’Europe et Les Peintres en bâtiment.

Gustave Caillebotte participe et organise plusieurs expositions impressionnistes entre 1879 et 1882 et apporte un soutien financier au mouvement. Il achète des toiles à Monet, Pissarro, Degas, Renoir et Manet et se constitue ainsi une collection exceptionnelle tout en aidant les artistes. Afin d’assurer leur notoriété, il rédige un testament prévoyant un legs exceptionnel à l’État, qui acceptera une partie de sa collection : 2 Cézanne, 7 Degas, 2 Manet, 8 Monet, 7 Pissarro, 6 Renoir, 6 Sisley, ainsi que 2 dessins de Millet. Ces œuvres sont aujourd’hui exposés au musée du Louvre et au musée d’Orsay.

Au décès de leur mère en 1878, Gustave et son frère Martial vendent la propriété d’Yerres. En 1880, Gustave fait l’acquisition d’une propriété au Petit-Gennevilliers, où il reçoit les impressionnistes qui viendront peindre dans le jardin et les alentours.

Gustave Caillebotte était également un horticulteur de talent, passion qu’il partageait avec son ami Claude Monet. Il a consacré un tiers de ses œuvres à la représentation de jardins, dans lesquels il finit par prendre froid. Il est emporté par une congestion pulmonaire en 1894.