Autographe d'André Breton

Mémoire d'encres - Documents signés d'André BRETON (1896-1966), écrivain et poète, chef de fil du Surréalisme

Écrivain et poète, chef de file du mouvement surréaliste, André Breton est né en 1896 à Tinchebray et mort à Paris en 1966. Il est l’un des fondateurs du mouvement surréaliste et en publie les premières œuvres, Les Champs magnétiques avec Philippe Soupault, puis le Manifeste du Surréalisme. Ses œuvres personnelles majeures sont Nadja et L’amour fou.

En 1913, André Breton commence des études de médecine – il est brancardier pendant la Première Guerre mondiale – et fait alors la connaissance de Jacques Vaché, qui se suicidera à 24 ans et aura une grande influence sur lui. Après la guerre, il se lie avec Aragon, Soupault et Desnos et fonde avec eux la revue Littéraire.

Avec son ami Apollinaire, il entre en contact avec le mouvement Dada de Zurich et fait la connaissance de son initiateur, Tristan Tzara, qui rejoint le mouvement surréaliste en 1920. André Breton abandonne ensuite le mouvement Dada à l’instar de son ami Paul Éluard.

En 1919, paraît son premier recueil poétique, Mont de piété et l’année suivante Les Champs magnétiques, recueil en prose qu’il signe avec Soupault, et inaugure un mode d’écriture automatique qui deviendra la marque de fabrique du mouvement.

En 1924, avec ses amis, Philippe Soupault, Louis Aragon, Paul Éluard, René Crevel, Michel Leiris, Robert Desnos et Benjamin Péret, il crée le Bureau de recherches surréalistes et la revue La Révolution surréaliste. Paraît alors le premier Manifeste du Surréalisme, texte qui prône l’exploration poétique de l’inconscient et réhabilite l’imaginaire et le rêve. Suivront la même année un recueil en prose, Les pas perdus et Poisson soluble, dont le Manifeste constituait initialement la préface.

En 1925, à l’initiative de Breton et de Desnos, Paris accueille la première exposition de peintres surréalistes, le public y découvre des œuvres de Man Ray, Miro, Klee, Ernst et Picasso.

En 1927, André Breton entre au Parti communiste, ce qui suscite des dissensions ; il le quitte en 1935.

En 1928, est publié Nadja et en 1930 paraît le Second manifeste du Surréalisme, qui tente de réconcilier rêve et réalité et de promouvoir une “libération totale”, suivront Les vases communicants (1932) et L’amour fou (1937).

En 1938, il rencontre Léon Trotski et écrit Pour un art révolutionnaire indépendant et publie le Dictionnaire abrégé du surréalisme. Pendant la Seconde Guerre mondiale, André Breton se réfugie aux États-Unis et publie Arcane 17 (1944).

De retour en France en 1946, il prend part aux débats houleux entre existentialistes, surréalistes et humanistes et tente en vain de reconstituer le groupe surréaliste.

Le recueil La clé des champs est publié en 1953 ; jusqu’à sa mort André Breton se fera le défenseur obstiné du Surréalisme.