Catalogue Mémoire d'encres - Lettre autographe de Man Ray

Mémoire d'encres - Documents signés de MAN RAY (1890-1976), photographe, peintre et réalisateur

Photographe, peintre et réalisateur, Man Ray est né Emmanuel Radnitsky en 1890 à Philadelphie et meurt en 1976 à Paris. Il est considéré comme le photographe du Surréalisme ; de grande figures artistiques de son époque poseront devant son objectif, ainsi James Joyce, Gertrude Stein, Jean Cocteau ou Meret Oppenheim, dont une série de photos de nus deviendra l’une de ses plus célèbres créations. Le violon d’Ingres est également une des œuvres les plus connues de l’artiste.

Après des études d’architecture, Man Ray découvre la peinture, la photographie et le cinéma à Brooklyn. Il travaille comme publicitaire et fréquente les milieux de l’avant-garde new-yorkaise.

En 1917, il réalise ses Aérographes (peintures au pistolet) puis, en 1920, avec son ami Marcel Duchamp, participe sans succès à la fondation d’une branche américaine du dadaïsme à New York.

En 1921, il s’installe à Paris où il collabore, toujours avec Duchamp, au mouvement dada autour du Cabaret Voltaire, café littéraire et artistique. Il intègre le mouvement surréaliste aux côtés d’Aragon, Éluard, Breton et Soupault.

À Montparnasse, il se lie au modèle Kiki et rencontre le couturier Paul Poiret pour qui il réalise de nombreuses photos de mode. À mesure que sa notoriété s’accroît, quantité de personnalités des Arts et des Lettres posent pour lui : Joyce, Cocteau, Picabia, Aragon, Duchamp, Dali, Artaud, Aragon, Breton, Tzara et Kiki de Montparnasse qui posera pour Le violon d’Ingres (1924), présentant son dos orné des ouïes d’un violon.

En 1925, Man Ray participe à la première exposition dédiée au Surréalisme avec des œuvres de Paul Klee, Juan Miró, Max Ernst et Pablo Picasso. André Breton et Robert Desnos sont à l’origine de cet évènement à la galerie Loeb. Il réalise aussi quelques courts-métrages L’Étoile de mer (1928) et Les Mystères du château de Dé (1929).

Man Ray utilise différentes techniques et s’adonne aussi bien à la peinture qu’à des activités de collage ou d’assemblage. En 1934, avec la série des nus de Meret Oppenheim, il devient le portraitiste le plus couru du tout-Paris et les magazines de mode lui font de nombreuses propositions.

En 1940, fuyant la France occupée, Man Ray retourne aux États-Unis en compagnie de Salvador Dali, Gala Dali et du cinéaste René Clair.

Man Ray sera de retour à Paris en 1951 et participera au collège de Pataphysique aux côtés de Jacques Prévert, Boris Vian et Pierre Mac Orlan.